44°51'31 N 0°31’19 W
RÉSIDENCE PALMER
1200 LOGEMENTS COLLECTFS

Réhabilitation d'un ensemble immobilier de 1200 logements à Cenon (33) 
CODA-Rehab logements-Bordeaux-Pers A-03.jpg

Localisation : Résidence Palmer à Cenon (33)
Année : 2021-2022
Client : Domofrance
Phase : Concours

Mission : Conception-Réalisation
Equipe : Greenwich0013 / GTM / CODA
Surface : - m²
Budget : 50 000 000€ HT

Qualités & Performances : -

En savoir plus

Intégration du quartier dans son contexte urbain
Le projet de réhabilitation de la résidence Palmer à Cenon a pour objectif d’améliorer le cadre de vie de ses habitants à travers la valorisation de l’ensemble des îlots. En effet, Palmer forme un patrimoine historique à préserver. L’ensemble de l’opération vise à réhabiliter près de 1200 logements, ce qui engage une conception large, allant de l’intégration urbaine à l’appropriation individuelle par les locataires. 

La conception de l’ensemble se base sur une analyse du tissu urbain de par sa situation géographique bordé par les coteaux de la rive droite à l’Ouest, ainsi que la ligne de tramway à l’Est. De cette analyse en découle des enjeux principaux à l’échelle du quartier, à savoir: améliorer l’accessibilité du territoire, minimiser l’aspect uniforme et linéaire du quartier, adoucir l’ambivalence entre le bâti et le végétal et poursuivre ses connexions.

Un projet transcalaire
Le projet a été pensé de manière transcalaire: de l’échelle urbaine à l’échelle de l’habitat. Les usages ont été réinterrogés et réintégrés dans la conception des espaces : halls, parties communes, logements, coursives, cœur d’ilot... 

Aujourd’hui, ce quartier est vu comme une enclave, seulement pratiquée par ses habitants. A l’interface  entre le parc Palmer et la ville, le concept urbain et paysager permet donc de faire le lien entre l’échelle du territoire et les logements individuels. De plus, la projection des allées de châteaux induit une ouverture du quartier, et permet une meilleure appropriation interne et externe de la résidence. 

Une homogénéisation des façades se dessine, de manière à apporter aussi bien des solutions techniques, thermiques et architecturale. La dichotomie entre façade sur rue et cœur d’ilot vient adoucir les distinctions fonctionnalistes entre les typologies 1 et 2, clarifiant ainsi la lecture urbaine du quartier.

L’échelle de l’ilot comme unité de projet
L’idée du projet est de créer une identité par îlots, tout en opérant un changement d’image grâce au contraste entre façades urbaines et celles de cœur d’ilots. Les façades urbaines seront seules support de l’identification des îlots, par un traitement de couleur  ponctuel et localisé (au droit des halls). Les façades intérieures proposent une ambiance chaleureuse et naturelle, plus adapté au caractère intime du logement.

Nous proposons également de nommer les ilots et de les identifier en fonction des essences végétales déjà présentes sur le site. 

Des rez-de-chaussée vivants
Notre intervention vient requalifier l’ensemble des rez-de-chaussée en proposant la fermeture des pieds de façades, tout en conservant l’effet de socle déja présent. Ainsi, par une couleur sobre et homogène, ponctués de halls colorés, nous viendront uniformiser les rez-de-chaussée et ainsi simplifier la lecture de la résidence depuis l’échelle piétonne. Les usages des nouveaux espaces sont étudiés au cas par cas,  selon leur orientation dans le site - tournés, ou non, vers le cœur d’ilot - et leur relation avec les espaces adjacents.
 

Maitrise d'œuvre :  GTM (Mandataire); CODA (Architecte mandataire); Debarre Duplantiers (Paysagiste); CETAB (Structure - VRD -BIM); ARTELIA (Fluides - Thermiques - Amiante - Démolition); GANTHA (Accoustique); CSD (bureau d’études en sécurité incendie); CONNEXION Bâtiment (Économie)

Résidence Palmer_plan de situation.jpg
  • Grey Facebook Icon
  • Instagram
GW0013_Icon_Logotype_Digital-Black_150dp
GW0013_Descripteur_Logotype_Digital_Blac
  • LinkedIn